De Dissertation Litteraire

MÉTHODOLOGIE DE LA DISSERTATION littéraire

(fiche réalisée par Philippe Misandeau)

Définition, démarche et évaluation :

La dissertation est un travail d'argumentation qui invite à organiser une réflexion personnelle, à partir de textes et de documents (proposés dans le corpus et appartenant à votre culture personnelle).
Elle se construit à partir d'une problématique littéraire personnelle en lien avec un objet d'étude identifié.
L'évaluation portera sur votre aptitude à montrer votre capacité à analyser le sujet, à mobiliser et exploiter vos connaissances, à communiquer votre point de vue grâce à une argumentation personnelle pertinente.

CE QU'IL FAUT DONC SAVOIR FAIRE

1 � Analyser le sujet, rechercher des idées et des arguments (1/2 heure sur 4) :

Un sujet de dissertation littéraire sera de ce type : "compte tenu de... (ce que vous lisez dans le corpus et de ce que vous savez sur tel ou tel objet d'étude), votre expérience de lecteur averti vous permet-elle d'adhérer ou non... (au jugement, à l'appréciation, à la définition, suivants)"
Ainsi, vous devez mettre le sujet en relation avec l'objet (ou les objets) d'étude du corpus afin de bien comprendre et de pouvoir délimiter le cadre référent (genres, courants, mouvements, histoire littéraire). Cette étape est décisive pour éviter le "hors sujet". Pour cerner ce référent il vous faut :
- relever les mots-clés du sujet proposé afin d'analyser la consigne (notions et termes littéraires, plan indiqué ou suggéré...)
- reformuler le sujet avec vos propres mots, de façon à en dégager la problématique (en lien avec un ou deux objets d'étude) : rédigez la problématique sous la forme d'une question (commençant souvent par "en quoi..." ou "comment ou "dans quelle mesure...")
- prendre en compte les différents documents dont vous disposez en les relisant à la lumière de votre problématique : voyez ceux qui vous donnent des éléments de réponse ou de réfutation, notez des citations ; ajoutez-y des �uvres puisées dans votre culture personnelle qui vous paraissent propres à servir de support à votre réflexion sur le sujet.
- enrichir son raisonnement par déductions (du général au particulier), inductions (du particulier au général), analogies (dégager des similitudes) et oppositions.

2 � Construire le plan de la dissertation (1/2 heure) :

Il s'agit d'ordonner ses arguments : la dissertation est une démonstration, un travail structuré, construit suivant un plan argumentatif nettement repérable. Il faut donc adapter le plan au type de sujet posé :

3 - Préparer la dissertation au brouillon (1/2 heure) :

  • Il faut organiser les arguments et les exemples :
    - les arguments vont permettre d'étayer le raisonnement destiné à répondre à la problématique
    - les exemples pour renforcer la démonstration vont apporter une illustration concrète : des faits, des connaissances (culturelles, artistiques), des données (économiques, politiques, sociales), des références précises (aux objets d'étude, aux genres), des citations (des textes du corpus, ou issues de vos connaissances personnelles).
  • Il faut rédiger complètement l'introduction :
    = 4 étapes (repérables) en un seul paragraphe (conseil : passage à la ligne sans alinéa ni sauter de lignes)
    - 1 : on pose les données (thème, mise en contexte historique et littéraire�)
    - 2 : on présente le sujet (en insérant la citation, s'il y en a une, dans la phrase), en reformulant éventuellement le sujet et en donnant son intérêt.
    - 3 : on formule la problématique (qui assurera la cohérence, le fil directeur de votre argumentation : "en quoi...", "comment...", "dans quelle mesure...")
    - 4 : on présente le plan en deux ou trois phrases claires (axes de résolution de la problématique).
  • Il faut rédiger complètement la conclusion :
    = 2 étapes (repérables) en un seul paragraphe (conseil : passage à la ligne sans alinéa ni sauter de lignes)
    - 1 : on montre qu'on a répondu à la question ou à la problématique posée en en faisant un bilan.
    - 2 : on élargit la réflexion en ouvrant sur d'autres perspectives voisines (�uvres, registres, genres littéraires, problématiques�) qui ont traité à leur manière de cette problématique.
  • Il faut bâtir un développement qui mette en valeur la pertinence et la valeur de votre argumentation nuancée :
    - envisager deux à quatre parties de longueurs équilibrées, qui s'enchaînent et se complètent
    - veiller à la cohérence de l'argumentation : articulation des paragraphes
    - ménager les transitions pour passer logiquement d'un argument à un autre, d'une idée à une autre
    - penser que chaque partie comporte : une phrase introductive, deux ou trois paragraphes (arguments illustrés), un bilan provisoire et une transition (lien logique avec la partie suivante).

4 � Rédiger la dissertation (2 heures)

  • Il faut savoir construire un paragraphe argumentatif :
    (2 ou 3 paragraphes = une partie)
    - énoncer l'idée directrice
    - exprimer une opinion sur cette idée
    - étayer son jugement par des arguments et des exemples littéraires (précis et analysés)
    - valider la démonstration : montrer que l'objectif a été atteint par une courte phrase finale puis une transition logique pour amener l'argumentation suivante.
  • Il faut savoir utiliser des synonymes (évite la répétition et enrichit la pensée) :
    - se constituer dès le brouillon une" banque de mots" comportant des synonymes ou des périphrases
    - des reformulations permettent aussi de cerner par des approches variées, les notions à analyser.
  • Il faut savoir maîtriser l'énonciation :
    - les marques de la première personne ne sont pas à exclure quand le sujet vous y invite
    - l'élève-candidat est un scripteur anonyme, qui s'adresse à un lecteur (évaluateur) qu'il faut convaincre
    - utilisation de la modalisation : conditionnel pour exprimer un jugement prudent, adverbes renforçant la certitude ou nuançant l'opinion (répertoire à se constituer à l'avance�)
    - des connecteurs logiques (bien que, , donc, cependant, si bien que, en effet, en revanche, , c'est pourquoi...)
  • Il faut savoir intégrer des citations, des références de texte :
    - attribuer clairement les propos à ceux qui les prononcent (on distinguera auteur / narrateur / personnage)
    - citer clairement les sources des textes et documents auxquels on se réfère (idem pour �uvres artistiques, peinture, sculpture, film�).
  • Il faut savoir respecter les conventions de présentation :
    - en lettres, ne JAMAIS faire paraître "les chapeaux" (I- a- les échecs de la littérature engagée I - b- ...) : ceux-ci sont rédigés en une phrase ("idées directrices"), ils n'apparaissent que sur votre brouillon
    - souligner les titres des �uvres citées (écriture manuscrite)
    - mettre entre guillemets le titre d'un poème, d'un article, d'un chapitre�
    - mettre entre guillemets une citation et la recopier exactement (elle porte du sens)
    (par exemple : " Dans le poème "Art poétique" extrait du recueil Jadis et Naguère, Verlaine recommande : "de la musique avant toute chose" ").
  • Il faut savoir respecter la correction de la langue pour bien communiquer :
    - Les règles de lisibilité, d'orthographe, de syntaxe, de grammaire, de ponctuation.
    - Un niveau de langue approprié et un vocabulaire précis, technique

Ph. Misandeau

Bibliographie (manuels scolaires)

Français lycée, Textes et méthodes, et 1re toutes séries (Bertrand Lacoste, 1996 et 04/2002)
Français 1re,Méthodes pour le bac (Hachette, 04/2002)
Les nouvelles pratiques du Français 1re (Hatier, 04/2001)
Expression 2e/1e 500 exercices sur les objets d'étude (Magnard, 04/2002)
Français les nouvelles épreuves du BAC, méthodes et techniques (Nathan, 04/2001) 

Méthode de la dissertation au lycée

Cette fiche a été rédigée par Jean-Luc. | Version pdf

Définition

Une dissertation est :

  • une rédaction sur un sujet précis
  • une rédaction logique et organisée (en particulier au moyen d’un plan)
  • une rédaction personnelle.

Pour réussir cet exercice, il faut passer par quelques étapes indispensables :

Traiter le sujet posé

Toutes les étapes suivantes sont nécessaires :

  • lire le sujet une première fois en entier
  • distinguer les notions-clés, les verbes, les temps, les citations, les questions, déterminer les références probables (mouvement littéraire, siècle, événement historique ou culturel…)
  • délimiter le sujet : attention aux hors-sujets, en particulier se rappeler qu’un sujet n’est jamais une question de cours. Je dois éviter la tentation de plaquer artificiellement et à tout prix ce qui est en lointain rapport avec le sujet et qui n’aide pas à y répondre précisément.
  • distinguer la citation (si elle existe) de la question. La citation est un point de départ pour la réflexion.
    NB : Essayer de définir les termes les plus importants au brouillon peut aider.
Exemple de sujet

Une citation : « Aussi vaine que les nuages, aussi nécessaire que le pain, la poésie n’est plus forcément une maîtresse d’illusions. Elle peut être aussi, elle doit être surtout la réalité profonde prise aux mots, une vérité qui se fait chant. »
+ une question : Trouvez-vous que ces propos définissent correctement toute ambition poétique ?

 Règle no 1 : chercher à reformuler le sujet de façon à dégager la problématique. Pour ce faire, je recherche les notions clés.
La poésie = une forme ou un genre littéraire ?
Nuages = illusions, évasion, contraire de réalité, luxe.
Pain = nourriture, réalité, nécessité.
Réalité profonde = vérité + chant, musique.
La poésie est une nécessité vitale, elle doit s’incarner dans la réalité. Elle doit rechercher la vérité profonde dans les mots de tous les jours et leur donner une existence poétique en les  transformant en chant.

 Règle no 2 : d’accord ? Pas d’accord ? Ou plus généralement une préférence pour ou contre en tenant compte des objections rencontrées dans l’antithèse et en essayant de les dépasser.

Organiser logiquement son travail

Le travail au brouillon est l’étape la plus importante de la dissertation.

  • Première étape : réfléchir
  • Deuxième étape : trouver un plan
  • Troisième étape : trouver des liaisons logiques
  • Quatrième étape : vérifier l’ordre des arguments

Première étape : réfléchir

  • Trouver des idées qui correspondent au sujet
  • Trouver des exemples pour illustrer chacune des idées
  • Éviter les jugements de valeur, les opinions trop personnelles
  • Suite de l’exemple : Effectivement une grande part de la production poétique consiste à émerveiller ses lecteurs et à leur faire découvrir la beauté du monde ordinaire qui les entoure.

Deuxième étape : trouver un plan

  • Organiser les éléments entre eux
  • Construire deux ou trois parties, avec deux ou trois sous-parties chacune
  • Vérifier que la progression des idées est logique
  • Éliminer les plans-types, qui ne sont jamais adaptés au sujet :
    • Oui / Non / Peut-être
    • Par domaines (ex : poésie / théâtre / roman)
    • Thèse / Antithèse / Synthèse (très difficile à faire)

Proposition de plan dans notre exemple :
 Règle no 3 : le mouvement général de l’argumentation ou le plan

Ici, je suis plutôt d’accord

  1. La poésie doit s’inscrire dans la réalité
  2. Pourtant certains l’ont conçue comme une évasion à la découverte de terres nouvelles
  3. En fait la poésie ne réside pas dans son objet, elle est une transformation du langage ordinaire, une utilisation de toutes les ressources de la langue

Troisième étape : trouver des liaisons logiques

  • Déterminer des titres pour les parties
  • Déterminer les liens logiques entre les parties
  • Rédiger une seule phrase résumant l’ensemble. Exemple : S’il est vrai que (…), il est aussi vrai que (…), et bien plus (…). ou : Certes (…), mais (…), et qui plus est (…) Dans notre exemple : Même si la poésie peut s’inscrire dans la réalité la plus prosaïque, certains poètes l’ont conçue comme une évasion à la découverte de terres nouvelles, pourtant sa définition ou son objet sont à rechercher dans une transformation du langage ordinaire.

Quatrième étape : vérifier l’ordre des arguments

  • Les arguments doivent être rangés :
    • du plus faible au plus fort
    • du moins important au plus important
    • du contre au pour (ou du pour au contre, suivant l’opinion exprimée)
  • Dans notre exemple : La poésie peut ou doit s’inscrire dans la réalité, même si des poètes l’ont envisagée comme une évasion ; en fait la poésie ne se définit pas par son sujet, mais par sa manière, son art.

Je dois produire un plan détaillé, c’est-à-dire le schéma de mon argumentation avec ses idées principales et leurs exemples illustratifs, de façon à pouvoir rédiger directement le développement sur ma copie.

Dans notre exemple :

  1. La poésie doit s’inscrire dans la réalité
    • Le poète est celui qui m’apprend à mieux regarder le monde dans lequel je vis : la section "Tableaux parisiens" des Fleurs du Mal de Baudelaire…
    • Des objets simples peuvent accéder à une nouvelle existence sous le regard du poète : "la Bicyclette" de J. Réda, "la Dynamo" de Delerme, ou "le Pain" de Ponge…
    • Le poète est celui qui m’apprend à mieux vivre mes propres émotions, mes propres sentiments : le sentiment de liberté et d’évasion dans la nature au petit matin avec "Aube" de Rimbaud, ou l’angoisse de l’automne dans "l’Ennemi" de Baudelaire…
    • La poésie est donc nécessaire puisqu’elle me permet de vivre avec plus d’intensité et de sens ma propre nature humaine : la plainte du mal-aimé dans Gaspard Hauser de Verlaine…
  2. Pourtant certains l’ont conçue comme une évasion à la découverte de terres nouvelles
    • La vie ordinaire n’est pas belle, elle est grise et étouffante : le thème de l’exil dans "le Cygne" de Baudelaire…
    • La poésie est alors un refuge, une consolation : "l’Invitation au voyage" de Baudelaire…
    • La poésie est alors un instant de bonheur, une expérience de la beauté arrachée loin de la triste réalité : "l’Invitation au voyage" de Baudelaire…
    • La poésie doit explorer nos rêves : "le Bateau ivre" de Rimbaud…
    • Certains poètes ont voulu en faire un instrument de connaissance, lui ont donné une ambition métaphysique et l’ont élevée au rang de religion : "Correspondances" ou "Beauté" de Baudelaire…
    • Certains en ont fait une pure abstraction au risque de se couper de leurs lecteurs : "Jamais un coup de dé n’abolira le hasard" de Mallarmé…
  3. En fait la poésie ne réside pas dans son objet, elle est une transformation du langage ordinaire, une utilisation de toutes les ressources de la langue.
    • Le mot poésie veut dire « création » en grec. La poésie est un art qui cherche à tirer parti de toutes les ressources de la langue : lexicales, syntaxiques, sonores et rythmiques… Voir la fonction poétique du langage.
    • La réalité peut ne pas être belle et pourtant accéder à la beauté grâce au travail poétique : "Une Charogne" de Baudelaire…
    • La poésie est dans ce passage d’un langage utilitaire à un langage évocateur : "Hommage" de Mallarmé…

La rédaction au brouillon

Doivent être rédigés impérativement au brouillon :

  • L’introduction
  • La conclusion
  • Le reste doit être rédigé directement au propre.

Le style de la rédaction

Bien que rédaction personnelle, la dissertation doit être rédigée de manière impersonnelle. En d’autres termes, je dois livrer une pensée personnelle sans utiliser le je, ou le nous (qui cache maladroitement le je) ou le on. En fait, je vais utiliser la 3e personne et indiquerai mon opinion au moyen d’adjectifs, de verbes, d’adverbes judicieusement choisis.

Exemples : au lieu d’écrire « J’aime le lyrisme, la générosité et les antithèses de la poésie de Victor Hugo », je préférerai « La poésie de Victor Hugo se caractérise par son lyrisme brûlant, sa générosité enthousiaste ou indignée et ses puissantes antithèses ». Les quatre adjectifs qualificatifs (plutôt mélioratifs)  précisent mes goûts et sont plus efficaces.

Je reformulerai « On n’apprécie pas l’hermétisme de tel poème de Stéphane Mallarmé » en « Le tombeau d’Edgar Poe peut décourager ses lecteurs par son hermétisme si bien que l’accès à ses trouvailles stylistiques reste difficile tant qu’un sens n’a pu leur être attribué ».

Je bannis les mots passe-partout : faire, il y a, mettre…

Je relis ma rédaction pour éliminer les fautes d’orthographe.

L’introduction est divisée en différentes parties :
  • une accroche : phrase générale liée au sujet qui permet de l’amener en douceur. Éviter les banalités du type "de tout temps l’homme…"
    Dans notre exemple : « Dans l’esprit de la plupart de ses admirateurs, la poésie s’identifie principalement au lyrisme, et plus particulièrement à la célébration de l’amour. Pourtant ce n’est pas d’abord cette exaltation que devrait rechercher la poésie selon l’auteur de l’avis suivant ».
  • le recopiage du sujet : la citation (si elle existe) est recopiée, la question (si elle est posée) peut être reformulée (attention aux hors sujets) Exemple : "Aussi vaine que les nuages, aussi nécessaire que le pain, la poésie n’est plus forcément une maîtresse d’illusions. Elle peut être aussi, elle doit être surtout la réalité profonde prise aux mots, une vérité qui se fait chant." Entre nuages et nourriture substantielle, illusions et nécessaire réalité, son auteur invite à redéfinir l’ambition poétique.
  • une problématique : elle explique pourquoi la question posée fait problème (facile s’il s’agit d’un paradoxe). Elle met en place les éléments nécessaires pour la réponse : il s’agit d’une première analyse synthétique. Exemple : La définition de la poésie par son sujet laisse le lecteur face à un paradoxe : la poésie serait-elle un exercice d’imagination ou une évocation de la réalité ? Pour dépasser cette apparente contradiction, l’auteur suggère de rechercher l’origine de la poésie dans la nature de son langage.
  • l’annonce du plan choisi : éviter si possible les formules du type : "nous verrons dans un premier temps que…, puis nous nous demanderons si…, etc." Utiliser plutôt la phrase résumant les différentes parties. Exemple : Même si la poésie peut s’inscrire dans la réalité la plus prosaïque, certains poètes l’ont conçue comme une évasion à la découverte de terres nouvelles, pourtant sa définition ou son objet sont à rechercher dans une transformation du langage ordinaire.
    N.B. : ce n’est pas la peine de souligner les divisions de l’introduction par des alinéas.
La conclusion comporte :
  • une reprise de la problématique (attention à varier la formulation), enrichie de tout ce qui a été démontré.
    Exemple : Les poètes sont bien ces écrivains qui renouvellent notre regard du monde réel et qui par là éduquent notre sensibilité. Certains ne peuvent se contenter des limites trop étroites de ce monde connu et nous entraînent dans des voyages extraordinaires, parfois oniriques « au-delà des portes de corne et d’ivoire » comme Nerval. Tous cependant essaient d’inventer un langage propre à rendre compte de ces expériences.
  • une ouverture, si véritablement les arguments sont convaincants et si l’enchaînement est brillant. Sinon, mieux vaut l’oublier.
    Exemple : La notion de lyrisme évoquée dans l’introduction comme approche commune d’une définition de la poésie est finalement recevable. En effet, loin de se cantonner dans l’expression de sentiments personnels et universels, elle appelle aussi le chant au moyen de la lyre, instrument d’accompagnement, dont elle tire son nom. Oui, la poésie réside bien dans ce passage du langage ordinaire à la musique, elle est fondamentalement cette « sorcellerie évocatoire » que Baudelaire appelait de tous ses vœux.

Testez vos connaissances !

Avez-vous bien compris cette fiche de méthode ?

Conseils de lecture

  
Les clés de la dissertation et du commentaire littéraire
Prépabac français, cours et entraînement
La dissertation littéraire

One thought on “De Dissertation Litteraire

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *